13 février 2013

C'est quoi une inondation ? 2013 021

Les inondations font partie de la vie des cours d'eau,
à moins que ...


On parle d'inondation, lorsqu'il y a une submersion rapide ou lente des zones que l'on a l'habitude de voir hors de l'eau.

Un cours d'eau sortant lentement de son lit mineur peut avoir une action bénéfique pour la nature, augmentation des zones de frais et apport de limons par exemple.
Ce même cours d'eau, sortant rapidement de son lit mineur, entraîne des modifications rapides et soudaines de son environnement.
En dehors de toute présence humaine, ces phénomènes ne peuvent pas être qualifiés de catastrophiques.

Il en va autrement lorsque ces événements naturels viennent perturber des milieux où s'est installé l'Homme.
En raison des pressions économiques, foncières et politiques les inondations constituent un risque qualifié de majeur par les autorités.

Les cours d'eau ont été bien souvent :
- endigués, pour rehausser le tirant d'eau ;
- canalisés, pour favoriser le transport fluvial ;
- déviés, pour supprimer un éventuel risque ou gagner du terrain ;
- couverts, pour gagner de l'espace ;
- tuyautés, pour offrir de nouvelles surfaces de construction  ou de culture ;
- bétonnés, pour faire plus propre, comme en ville par exemple ;
- barrés, pour produire de l'énergie, ou des lieux de  détente ;
- rectifiés, pour appropriation de terres fertiles ;
- recalibrés, pour faciliter l'écoulement des eaux ;
- dragués, pour faciliter la navigation ;
- exploités pour leurs alluvions ;
La liste n'est pas exhaustive hélas !

Ces travaux pour quelques-uns, bien souvent légitimes, ont été conduits dans une totale ignorance des fonctionnements des systèmes hydrauliques.

Ces aménagements modifient les cours d'eau et entraînent de façon radicale un appauvrissement de leur diversité naturelle.
Les travaux, effectués sur le lit d'un cours d'eau, entraînent à court, ou moyen terme, une modification de l'aspect des berges, de la vitesse du courant, de la profondeur du lit , de la pente, et parfois une baisse du niveau de la nappe alluviale ou nappe d'accompagnement. Le Rhin reste l'exemple emblématique de ces aménagements irresponsables et dévastateurs.

Une inondation peut résulter :
- d'un débordement, le cours d'eau sort de son lit  mineur pour occuper son lit majeur ;
- d'une accumulation d'eau ne pouvant être évacuée. Ce phénomène peut se produire en rase campagne comme en ville ;
- d'une refoulement par les nappes phréatiques ou par les infrastructures ;
- d'un ruissellement pluvial excessif, comme pendant des orages violents ;
- de la rupture d'un ouvrage d'art, digue, barrage.
- d'une tempête, cas des zones littorales ;
- d'un tsunami résultant d'un tremblement de terre.

Le Loing est un affluent de la Seine, il prend sa source à...., mais lisons ce qu'en dit wikipedia


Il prend sa source à Sainte-Colombe-sur-Loing et arrose la Puisaye et le Gâtinais (dont il constitue en quelque sorte « l'épine dorsale »), passant à Saint-Fargeau, Châtillon-Coligny, Montargis, Nemours et Moret-sur-Loing (peu avant son confluent avec la Seine). Il occupe en réalité le cours de la Loire aux temps géologiques où celle-ci rejoignait la Seine avant d'être contrainte à obliquer vers le sud-ouest à hauteur de la ville actuelle d'Orléans. Ceci explique pourquoi les canaux successifs construits pour relier les deux bassins empruntent la vallée du Loing.

Le cours du Loing est resté navigable jusqu'au début du XVIIIe siècle, assurant la subsistance de nombreuses familles (voituriers par eau, mariniers, flotteurs) tout au long de son cours. Les principales marchandises transportées : textiles et surtout sous-produits de la vigne (vin, vinaigre).

L'irrégularité du débit du Loing (aujourd'hui oubliée en raison de la construction de nombreux bassins de retenue) a très tôt conduit à la canalisation de son cours, puis à son doublage par des ouvrages d'art : le canal de Briare, au début du XVIIe siècle, quittant la Loire à Briare pour rejoindre le Loing à Rogny et suivant son cours jusqu'à sa jonction, peu après Montargis, avec le canal d'Orléans (aujourd'hui désaffecté) et le canal du Loing (construit dans les années 1720, et qui prend le relais pour suivre la rivière jusqu'à son confluent avec la Seine, en limite des communes de Saint-Mammès et Veneux-les-Sablons.



Le Loing est une rivière sujette à de fortes crues en périodes hivernales, d’après mes observations personnelles, le temps de "latence" entre fortes pluies sur le bassin versant et la montée des eaux à Moret-sur-loing est d'environ trois jours.
Les fortes pluies des semaines passées (année 2012-2013) ont provoquées quelques inondations sans conséquences dramatiques.

Voici un petit reportage photographique réalisé à Grez-sur-Loing et Épisy.

Grez-sur-Loing  Plan de situation



La carte extraite du site cartorisque ci-dessus indique les limites atteintes par la rivière en cas de fortes crues, il s'agit bien entendu d'une estimation.








 Épisy. Plan de situation






QUELQUES LIENS


Prévenir les inondations.
http://www.fntp.fr/upload/docs/application/pdf/2011-08/prevenir_les_inondations_2011-08-21_18-07-56_866.pdf

Portail information eau.
http://www.eaufrance.fr/

Inondation seine et marne.
http://www.seine-et-marne.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=83

Plan prévention inondation vallée du loing.
http://www.seine-et-marne.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/Notice_loing_cle7cd167.pdf

 
Vigie crues info actualisées en temps réel.
http://www.vigicrues.gouv.fr/


FILM Inondation à Moret sur Loing et Saint-Mammès  Doc INA

http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/video/CAF94017404/inondations-a-moret.fr.html

 
La rivière Le Loing
http://fr.wikipedia.org/wiki/Loing



QUELQUES INFORMATIONS.


Les grandes crues ces 10 dernières années

Entre 1999 et 2010, les plus grandes crues ont été observées dans les territoires suivants :

- Aude, en 1999 : 36 morts ou disparus, 438 communes sinistrées 
 et 533 millions d’euros de dégâts
- Laïta à Quimperlé, en 2000 : les rues du centre ville sont inondées, 
 pas de victime mais de nombreux dégâts
- Marseille, en 2000 : 3 morts
- Somme, en 2001 : près de 3000 personnes sinistrées, 
plus de  165 communes concernées, la vallée est inondée pendant plus de
 2 mois sur 6000 ha
- Gard, en 2002 : 24 morts, 419 communes sinistrées et 1,2 milliards
  d’euros de dégâts
- Rhône, en 2003 : 7 morts et plus de 1500 communes sinistrées
- Gard, en 2005 : 2 victimes et 241 communes sinistrées
- Meurthe et Moselle, en 2006 : nombreux dégâts et 300 communes
 sinistrées
- Rhône-Alpes, en 2008 : 336 communes sinistrées et 60 millions
 d’euros de dommages
- Quart Sud-Est de la France, en 2008 : 590 communes touchées
 et 100 millions d’euros de dommages
- Var, en 2010 : 59 communes, 700 millions d’euros de dégâts
 et 25 victimes dont 23 morts

Données : AFP, CCR, MEDDTL / DGPR / SRNH / BIPCP, 2011

Source : Tableau des événements naturels dommageables survenus
 en France de 1900 à 2010, Ministère chargé de l’Écologie,
 Direction Générale de la Prévention des Risques - SRNH, 2011




À bientôt ami lecteur sur photonaturefontainebleau
pour
de nouvelles aventures .


Vous aimez
pour la richesse de ses contenus en rapport avec la nature.

Vous aimez
dépourvu de publicités intempestives.

Vous appréciez
 pour le sérieux de ses articles et leur rigueur scientifique.

Alors faites connaître


Retrouvez une foule d'articles de Jeanpoule
 sur son autre site

 












C'est quoi l'art rupestre ? 2013 022

L'art rupestre désigne les œuvres réalisées par les Hommes sur des rochers, le plus souvent à l'air libre.


Cette pratique très ancienne, semble bien être universelle.
Le piquetage, l'incision, et la peinture semblent être les techniques le plus utilisées pour réaliser ces œuvres.